LV : Du désert affectif à la réconciliation

Lait lavant à la banane – pour les adeptes des shampoings quotidiens
13 janvier 2018
Mode et beauté : mes essentiels printaniers
16 mai 2018

Un conte de fées
Adolescente, je rêvais du comble du luxe à mes yeux : un sac Louis Vuitton. Pour mes 20 ans, je m’en suis offert un et ça a été le début d’une grande histoire d’amour polygame. Parce que bien sûr, je ne pouvais pas m’en tenir à un seul !

Les histoires d’amour finissent mal
Je les ai convoités, choisis, achetés et tant aimés durant plus de 15 ans et un jour, la lassitude m’a gagnée. J’ai frisé l’overdose. Les voir partout se pavaner aux bras d’autres filles a sonné le glas dans notre relation amoureuse. Prête à laisser place à d’autres aventures de maroquinerie, je me suis séparée de certains et ai remisé au fin fond de mes armoires ceux qui, peut-être un jour, retrouveraient grâce à mes yeux. Quelques années se sont passées et nos rapports étaient toujours tendus.

Une seconde chance
Un jour, lors de préparatifs avant un départ en vacances, je cherchais un compagnon léger, pratique, qui se porte à l’épaule et surtout qui puisse accueillir mon joyeux bazar de fille moyennement ordrée. Après une fouille approfondie de mon armoire à sacs, le modèle « Neverfull » de Louis Vuitton a su tirer avantage de la situation en me vantant ses nombreux charmes. Je n’ai pas pu résister car il assouvissait tous mes désirs du moment.

Jamais plein !
Le « Neverfull » porte parfaitement son nom. C’est un fourre-tout qui accueille les bras ouverts tout le matériel d’une femme qui gère plusieurs vie de front. Il ne fera certainement pas le bonheur des plus organisées d’entre nous, qui lui préféreront des concurrents avec poches et compartiments. Mais à mes yeux, il a retrouvé la grâce de mes premiers émois et je suis ravie de l’avoir bien gardé au chaud lorsque nous étions en froid.